Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 19:49
 Une maman a la gentillesse de nous faire partager un moment très intense, très fort, très émouvant.
A la fin de la lecture de ce récit, nous comprenons encore plus, pourquoi il est important et nécessaire de donner à ENFANT HAITIEN MON FRERE.  Plus qu'un orphelinat, c'est une maison une famille, où les enfants recoivent amour, soins, éducation.
 Merci  F. 
 
J'ai envie de vous témoigner nos dernières minutes dans l'orphelinat :
 
Le 13 octobre, il est 14h, nos bagages sont dans la voiture. Raymond, notre chauffeur nous dépose devant la Maison des enfants.
Avec M., tout fier de porter des chaussettes et des chaussures, nous descendons du pick-up pour aller saluer une dernière fois les enfants et les nounous, Rolande et Mamita, tous les êtres qui ont entouré M. pendant 2 ans et qui en ont fait un enfant si heureux. Mon coeur est serré, je retiens mes larmes, Mamita a 86 ans, c'est dans doute la dernière fois que M. voit sa grande chérie. Je souhaite ce temps d'aurevoir et pourtant, c'est si dur de laisser là tant de beaux et grands enfants qui veulent partir avec nous. Nous montons dans le salon, Rolande nous remet des papiers et dossiers, Mamita couvre M. de petits bisous, je ne sais déjà plus regarder les petits, surtout la petite camarade  que M. aime tant et qui nous suit partout pour venir avec nous. Le fait de savoir qu'elle a déjà trouvé une famille ne m'aide pas, j'aimerais qu'ils puissent rester ensemble.
Et les grands et grandes qui rêvent de l'Europe et de l'eldorado et sont déchirés de nous voir partir sans les emmener...
Puis la scène est coupée, tout à coup dans la pièce, une jeune maman tient un minuscule enfant dans ses bras en pleurant. Et je vois alors que Mamita a aussi dans les bras, le même minuscule bébé. Les pleurs, j'ai peur de comprendre qu'un des bébés est mort, il ne bouge pas. Mais non, j'ose regarder encore, les bébés sont vivants mais faibles. Nous continuons de dire aurevoir au milieu du salon, et voyant nos mines interrogatives, Rolande nous explique que la maman vient de signer l'acte d'abandon, là, pendant que nous discutions, je serre M. encore plus fort dans mes bras. Dans cette même pièce où nous nous trouvons, elle vient de déposer ses deux jumelles pour toujours. Elles sont prématurés et demandent des soins que la maman ne peut pas assumer, elle est venue les confier pour leur sauver la vie. Pas le temps pour d'autres pleurs, Rolande nous explique que le lit où dormait M. a été attribué à un autre enfant dés le lendemain de notre arrivée et que maintenant, avec les jumelles, elle va devoir engager une personne à temps plein pour s'occuper des bébés, les frais d'hôpital pour les soins spécifiques, les nourrir toutes les 2 heures pour assurer leur survie,... et nous partons prendre notre avion, les lits ne sont jamais vides à la Maison des enfants!
M. est dans mes bras, ravi, il babille dans la voiture, fier d'être dans une "machine", nous quittons son premier nid pour nous envoler vers notre maison...
F.
Aujourd'hui nous savons que les petites jumelles sont en pleine forme, belles comme des soleils. EHMF compte sur nous. Continuons à donner.
 

Partager cet article

Repost 0
Pour les Enfants d'Haïti
commenter cet article

commentaires

Pour Les Enfants D'haïti.

  • : PLED'H Pour Enfant Haïtien Mon Frère
  • : Enfant Haïtien Mon Frère est une crèche/orphelinat de Port au Prince qui accueille une soixantaine d'enfants. Notre association POUR LES ENFANTS D'HAITI. (PLED'H) a pour vocation d'aider EHMF.
  • Contact

Catégories